Requalification urbaine du centre-bourg : le pari à 2,7 millions des élus lambersartois

mercredi 9 mai 2018 :: perrick :: Espace urbain :: aucun commentaire :: aucun trackback

La mairie de Lambersart - avec le soutien de la Métropole Européenne de Lille - va investir 2,7 millions d’euros pour requalifier son Bourg (c’est à dire ce qu’il reste de centre-ville dans cette commune de la banlieue lilloise). En février 2017, « l’idée est celle d’un mail piétonnier entre l’avenue du Parc et l’avenue de l’Hippodrome, incluant le pourtour de l’église, en préservant une place pour les voitures et les transports en commun. »

Il eut été tout aussi exact de dire entre « un des axes structurants qui relie Lille à la rocade Nord-Ouest » qui draine plus de 20000 véhicules par jour et qui mène à un premier supermarché et « un autre axe qui mène directement au quartier HLM construit dans les années 60 et 70 » desservi lui aussi par un autre supermarché. Le reste du périmètre est cerné au nord par une voie ferrée (sans gare) et au sud par une zone résidentielle avec autant de verdure que d’impasses. Heureusement le collège et l’église garantissent un passage régulier de piétons et même sans magasin de bouche (aucune trace de boulangerie, la boucherie a fermé l’année dernière), les banques et les agences immobilières tiennent le terrain. Il n’en reste pas moins que plusieurs cellules sont à vendre depuis longtemps.

Le Bourg : le trottoir commerçant

Le Bourg : la placette derrière l'église

Le Bourg : quelques boutiques

Le Bourg : quelques boutiques (bis)

Le Bourg : l'ancien bistrot et une banque

Le Bourg : une banque et une agence immobilière

Le Bourg : un local à vendre

Le Bourg : le parking devant l'église

Le Bourg : l'église et son parking (bis)

Bien sûr la mairie écoute ceux qui demandent de la vidéo-protection (alors que les commerçants sont bien évidemment les premiers « yeux de la rue ») et tente de rassurer les autres en arguant que « les arbres seront préservés le plus longtemps possible ».

Moins d’un kilomètre plus loin, entre les quartiers « Canon d’or » et « Champs de courses » se sont installés en moins de 18 mois : une couturière de robes de mariée, une architecte, une sophrologue, une psychologue, un cabinet d’urbanisme, un centre d’esthétique et de nutrition. Ils se sont ajoutés à tous les commerçants installés sous un HLM (boulanger, boucher-traiteur, caviste, fleuriste, pharmacienne, esthéticienne) et les autres qui avaient transformé une habitation, un garage ou un jardin (agence immobilière, artisan plombier, médecin).

Le Canon d'or : les boutiques sous le HLM

Le Canon d'or : une épicerie en vrac en camion, le vendredi soir

Le Canon d'or : la couturière de robes de mariée

Le Canon d'or : une ancienne maison convertie en bureaux partagés

Le Canon d'or : le centre d'esthétique et du nutrition

Le Canon d'or : le garage du plombier

Le Canon d'or : le jardin transformé pour accueillir 3 médecins

Le Canon d'or : une maison utilisée pour une esthéticienne

Rendez-vous dans 5 ans pour vérifier s’il vaut mieux les centaines de milliers d’euros de la mairie accompagnés des millions de la MEL et un « terre-plein central avec stationnement à l’intérieur » (comme s’il n’y avait pas déjà deux parkings à moins de 100m) ou un quartier avec peu de coupures urbaines pour « développer l’attractivité de la ville » et suffisamment de densité pour soutenir des rez-de-chaussées vivants. Mais qu'on ne me fasse pas croire que supprimer les arbres pour piétons le long de l'église pour en mettre d'autres pour les voitures garées au niveau de l'îlot central soit compatible avec une politique responsable pour le XXIe siècle : d'autres chantiers ont besoin de l'argent public.

Vos commentaires et/ou trackbacks

Aucun commentaire, ni de trackback pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.onpk.net/tb.php?id=699