Note périmétrique V : pour quelques arbres en plus

samedi 10 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

On ne fait pas que couper des arbres à Lambersart. Souvent lors de l'hiver suivant, ils sont remplacés. Mais parfois aussi la mairie en plante de nouveaux. Et pour le cas d'un morceau de l'avenue du Maréchal Foch, c'est même à la place de ces si chères places de parking sur la voirie.

Arbre en plus - Lambersart
Arbre en plus - Lambersart
Arbre en plus - Lambersart
Arbre en plus - Lambersart

La municipalité suivante a créé une "mini-forêt" dans un espace vert déjà existant. Je me pose parfois la question de l'effort politique de l'un par rapport à l'autre...

Mini-forêt en plus - Lambersart
Mini-forêt en plus - Lambersart
Mini-forêt en plus - Lambersart

Heureusement qu'on fait les deux me direz-vous; reste qu'il faudrait en planter tellement plus.

Note périmétrique IV : à Lomme, les commerces du futur

vendredi 9 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback
Commerces avenue de Dunkerque - Lomme

La boucherie chevaline semble venir d'un autre monde, un monde en suspens, en attente d'une disparition complète. Et pourtant il ne faut pas faire un grand effort d'imagination pour imager leur renaissance : un peu moins de pétrole, un peu plus de traction animale.

Commerces avenue de Dunkerque - Lomme

Signe des temps, un commerce en vrac s'est installé à côté : une juxtaposition probablement propice au plaisir de la ville, dans sa diversité et ses grands écarts.

Dans le prolongement, de vieux vitraux attendent patiemment qu'un passionné trouve quelque chose à y installer.

Commerces avenue de Dunkerque - Lomme
Commerces avenue de Dunkerque - Lomme

Tantdis que le contraste entre les enseignes de la poissonerie marque - de l'autre côté - une transition qui a déjà eu lieu.

Note périmétrique III : des angles en béton armé

mercredi 7 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

J'ai un petit faible pour les maisons d'angle. Souvent ancrage important d'une rue, elles donnent au passage le la d'un quartier. Surtout quand un commerce, un café ou une crèche s'y installe au rez-de-chaussée. Surtout quand la maison devient immeuble et permet aux alentours de s'autoriser à atteindre la densité urbaine ad-hoc (les fameux 3 à 5 niveaux de Leon Krier).

Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart

Mais qunand je vois la durabilité de briques jaunes si typiques de nos années 1930, je me dis qu'on a vraiment raté quelque chose avec ce béton armé.

Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart
Immeuble d'angle - Lambersart

D'autant plus que dans les environs il y a encore un producteur de briques.

Note périmétrique II : des prunus en moins dans la rue

mardi 6 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

Drôle de réveil ce matin : alors que la rue est souvent très calme, elle vrombissait dès 8h. Les élagueurs sont au travail. Plusieurs prunus qui ont eu du mal à tenir les rafales de l'hiver doivent être coupés, couchés et débités.

Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart
Prunus à l'agonie - Lambersart

Nous aurons donc eu tout juste le temps de profiter de ces sakuras une dernière fois : le mélange de pétales roses et de sciure fraîche confirme que la saison du hanami venait de se terminer.

Note périmétrique I : Lambersart comme collection de lotissements

lundi 5 avril 2021 :: perrick :: Quarantaine 2021 :: aucun commentaire :: aucun trackback

Lambersart serait une ville de la banlieue lilloise. Je dis serait parce qu'il s'agit plutôt d'une collection de lotissements, un patchwork urbain où chaque quartier a été grignoté successivement sur des terrains agricoles. Préservé de l'industrie qui l'entourait (plutôt située à Lomme ou à Saint-André-lez-Lille), le bourg lambersartois n'a pas encore acquis la patine de l'empilement qui vient avec les âges.

Vous y avez donc le choix entre le lotissement années 1890 - 1920 (avec ses maisons "1930") du Canon d'Or, héritières du tramway.

Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart
Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart
Maisons loties entre 1890 et 1925 - Lambersart

Ou celui des années 1950 quand la voiture commence à prendre ses aises, avec des maisons encore mitoyennes.

Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart
Logements '1950' - Lambersart

Un peu plus tard, la grande bifurcation des années 1960. D'un côté, les grandes tours du Pacot-Vandracq : face à l'urgence du logement et aux grosses machines de la modernité planifiée, la ville a perdu, la voiture s'installe au rez-de-chaussée.

Immeubles - Lambersart
Immeubles - Lambersart
Immeubles - Lambersart

De l'autre, les maisons se détachent avec le même résultat : le garage prend de l'importance, l'alignement sur la rue se perd. Le charme de la ville ne s'y installera pas non plus avant longtemps.

Maisons 'Twins' - Lambersart
Maisons 'Twins' - Lambersart
Maisons 'Twins' - Lambersart

Reste l'aboutissement de la fin du XXe siècle : la rue en raquette de tennis avec ses pavillons individuels sur carré de pelouse.

Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart

Ironie de l'histoire, c'est le syndicat d'initiatives de la commune qui s'est installé à l'entrée de ce lotissement, grapillé sur le domaine du château Bonte. Reste à vérifier d'ici un siècle si ces petites maisons de briques auront l'intérêt des touristes.

Pavillons individuels - Lambersart
Pavillons individuels - Lambersart